Votre navigateur n'est pas assez récent pour une utilisation optimale du site, vous pouvez le mettre à jour en suivant le lien suivant : browsehappy.com
En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies

LA FERME DE CAP NAOU

Et si la graine m’était contée...


Claire : je suis une fille issue de la ville. Après une maîtrise d'histoire à Montpellier, j'ai passé mon BPREA et à la suite d'un stage, j'ai travaillé 3 ans chez des maraîchers. Cela m'a beaucoup plu, c'était un premier pas dans le métier. Puis je suis partie...
Juan : dès l'âge de 10 ans, dans le village de mon père, j'ai découvert l'agriculture sur les terres familiales d'oliviers et d'amandiers dans la région de Toledo. J'ai beaucoup de reconnaissance envers mon père et mon oncle qui m'ont transmis le respect de la terre. Après des études de technicien agricole, j'ai rejoint un collectif d'une vingtaine de jeunes dans une ferme en permaculture… et je suis parti...

Claire et Juan : ...pour découvrir la vie communautaire ! Un passage de 2 années à l'Arche de Lanza Del Vasto, où nous nous sommes rencontrés, puis 4 années à l'Arche de Jean Vanier, et nous voilà arrivés à Montpezat en 2006. Nous avons alors rencontré le Biau Germe et découvert les graines à travers les jardins d'Elisabeth et Philippe, et de Tom.

 

Entre histoires et poésie Juan et Claire nous accueillent dans leur jardin en compagnie de leurs 3 filles...


Et les semences dans tout ça ?
Juan : contempler la semence qui germe et la plante qui pousse, c'est magique ! C'est un émerveillement d'être accompagnateur de la vie qui se déploie. Le jardin a un côté thérapeutique, il nous remet debout, nous relie à nos racines.
Claire : une graine contient l'univers, elle porte le passé et l'avenir. Et puis, quand on voyage, on croise « nos » graines ici et là : elles sont un lien entre les hommes.

Comment travaillez-vous sur votre ferme ?
Juan : le travail du sol est très important. Nous essayons de ne pas labourer et semons des engrais verts...C'est tout un art !Nous laissons le jardin se débrouiller au maximum. Il y a des invitées qui se ressèment toutes seules et peuvent être plus jolies que nos semis.

 

Qu'aimez-vous dans le métier de paysan ?
Claire : Il nous permet de sentir l'alternance des saisons. J'aime quand le temps du jardin recommence : 6 mois de compagnonnage ! Notre vie n'est pas routinière, chaque jour est différent ! Même les jours de pluie sont merveilleux : le jardin est arrosé, et pour nous, c'est une respiration.

Faites-vous uniquement de la semence ?
Claire : j'ai une autre activité : je raconte des histoires pour petits et grands. Je fabrique des marionnettes et joue de la musique.
Juan : le coté transmission m'intéresse beaucoup. Prendre soin de la terre et aussi de l'humain. Je me forme depuis 3 ans à la sophrologie : se connaître davantage, être mieux avec soi-même et ceux qui nous entourent.

Avez-vous une histoire à nous raconter sur une de vos variétés ?
Claire : lorsque je récolte la Claytone de Cuba, je construis une petite cabane avec des draps car les graines en séchant sautent loin !
Juan : j'aime le réséda odorant, plante discrète mais au parfum délicat, qui attire beaucoup d'insectes.

 

Qu'est-ce qui vous plaît le plus au BG ?

Juan : le grand défi du travail collectif. Nous sommes tous co-créateurs de ce que nous vivons ensemble. J'ai aussi beaucoup de plaisir à rencontrer les jardiniers dans les foires… et au secrétariat, par téléphone ! Ils sont souvent reconnaissants et cela donne du sens à notre mission.
Claire : j'aime l'équilibre entre l'été au jardin et le temps de l'hiver, à l'intérieur. Ma place est plus au jardin, mais j'aime l'expédition des colis : travail en équipe qui nous relie à ceux qui reçoivent les graines.

Quels nouveaux projets sur votre ferme ?
Juan : nous avons une ferme de petite taille qui pourrait s'ouvrir à un accueil pédagogique poético-musical...
Claire : La graine est une belle entrée en matière pour parler de la Vie ! J'ai le projet d'accueillir des enfants, et organiser des soirées « Contes de graines » à la ferme.

Que feriez-vous si vous deviez changer de métier ?
Claire : rien d'autre ! Nous sommes heureux de notre métier, et de l'espace qu'il nous offre pour vivre d'autres expériences.
Juan : aujourd'hui, j'ai beaucoup de gratitude de voir grandir nos trois filles et de partager avec elles le jardin et ses fruits!