Votre navigateur n'est pas assez récent pour une utilisation optimale du site, vous pouvez le mettre à jour en suivant le lien suivant : browsehappy.com
En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies

Le GAEC de Canteranne

Une ferme qui respire de nouveaux projets

Quel est votre parcours ?
David : forestier de formation, j'ai découvert l'agriculture et surtout les brebis lors d'un voyage avec Clélia à l'autre bout du monde. A notre retour, nous voulions créer un projet de vie à la ferme. Nous nous sommes installés avec des brebis pendant 12 ans, et en 2007, nous sommes entrés au Biau Germe.
Clélia : J'ai étudié les langues et je voulais voyager. En voyage en Nouvelle-Zélande, on a rapidement rêvé de notre petite ferme.

Que représente pour vous le métier d'artisan semencier ?
Clélia : c'est être en harmonie avec ce cycle de la vie. Étant gamine, je goûtais les fleurs, je ramassais ce qui se mangeait… et ce qui ne se mangeait pas ! Je me sens jardinière, j'aime collaborer avec la nature, la terre et tous les éléments. J'ai une approche intuitive du jardin et j'ai acquis des compétences techniques sans m'en rendre compte.

 

Ici, on dirait que le jardin souffle à Clélia et David de prendre le large…

 

Comment travaillez-vous sur votre ferme?
Clélia : je vais dans mon jardin, j'observe et je sens ce qu'il y a à faire. Il me dit ce qu'il faut faire. Je suis époustouflée de voir tout ce que peut donner un jardin comme ça.
David : maintenant, notre phase installation est finie, et on souhaite faire d'autres expériences pour respecter encore plus la nature du sol, tester des planches permanentes.
Clélia : Nous sommes aussi formés et équipés pour pratiquer la traction animale et nous avons 2 juments.

Une anecdote au jardin ?
David : ce que j'aime beaucoup dans le jardin, c'est quand ça fleurit. C'est très beau, un jardin de graines avec toutes ces fleurs, et ces couleurs.
Clélia : chaque graine est une anecdote : son mode de culture, sa façon de se semer, la façon dont il faut la récolter… l'eschscholtzia par exemple : si je ne passe pas juste au bon moment pour la récolter, elle a déjà lâché sa graine.

 

Qu'est ce qui vous plaît le plus au Biaugerme ?David : ce qui m'intéresse au Biaugerme, c'est la dimension de gestion collective de l'entreprise. Nous sommes tous très différents, cela nous demande d'être sans cesse dans l'expérience.
Je suis très fier de contribuer à un système d'entreprise qui est basé sur le partage, la mutualisation des moyens, et des valeurs que l'on porte.
Clélia : le cycle de la graine, faire le travail du début à la fin. Et puis l'alternance travail à la ferme et travail à l'intérieur. La façon dont le travail avec les autres nous fait grandir dans les relations humaines. C'est un perpétuel travail sur soi, c'est très enrichissant.

Avez-vous d'autres projets, d'autres activités ?Clélia : en revenant sur les compromis que l'on a fait au niveau de la ferme, on revient aussi à des choses qu'on n'a pas travaillé en nous et qui sont importantes. Pour moi, cette recherche s'est révélée dans la découverte du kundalini yoga. Pour enrichir ma pratique et mes connaissances, je me suis formée et depuis novembre 2018, je transmets ces enseignements. Je suis honorée de le faire.
David : à un moment, j'ai senti la nécessité de faire autre chose : une envie initiale de travailler avec des personnes ayant un handicap. J'ai fait une formation et le projet est de créer un jardin thérapeutique sur notre ferme, pour offrir un espace à des personnes qui ne trouvent pas leur place, un endroit pour rêver et faire vivre ses projets.